Barriquand
Versão portuguêsengish-versionversión españolaDeutsch Version
Le spécialiste de l'échangeur thermique
[ETUDE DE CAS] Chimie organique : réchauffage et refroidissement sur un réacteur.

[ETUDE DE CAS] Chimie organique : réchauffage et refroidissement sur un réacteur.

Un groupe de chimie mondial s’est équipé d’échangeurs tubulaires Barriquand pour des applications d’eau surchauffée sur des réacteurs aux contraintes thermomécaniques (pression, température, variabilité) et aux exigences de fiabilité importantes.

[ETUDE DE CAS] Chimie organique : réchauffage et refroidissement sur un réacteur.
Catégories
 
Etude de cas BASF

[ETUDE DE CAS] Chimie organique : réchauffage et refroidissement d’une boucle pressurisée sur un réacteur.

Un groupe de chimie mondial s’est équipé d’échangeurs tubulaires Barriquand pour des applications d’eau surchauffée sur des réacteurs aux contraintes thermomécaniques (pression, température, variabilité) et aux exigences de fiabilité importantes.

Des échangeurs pour des réactions chimiques
Spécialisé dans la production d’additifs pour peintures industrielles, cet industriel utilise des procédés de réactions exothermiques.

Ces derniers sont effectués dans des réacteurs équipés de serpentins ou de double-parois alimentés par un circuit d’eau surchauffée qui nécessite l’intervention de 2 échangeurs de chaleur : un réchauffeur en amont, un refroidisseur en aval.

L’eau pressurisée à 30 bar est chauffée à 170°C pour permettre la réaction chimique. Elle est récupérée à 200°C et doit être refroidie.

Des soumissions thermomécaniques contraignantes
Le projet du client avait 2 objectifs : 

  • Remplacer, sur un réacteur existant, 2 échangeurs à plaques semi-soudées qui présentaient des fuites.
  • Installer 2 nouveaux échangeurs de même technologie sur un réacteur supplémentaire.
La principale contrainte inhérente au procédé tient aux chocs thermiques engendrés par les cycles de température. En effet, les 2 échangeurs froids sont destinés à recevoir une eau fortement pressurisée à des températures élevées et variables (160/200°C, calcul jusqu’à 300°C) et ce, 4 fois par jour (Chaque réaction dure 5/6h, il y a 4 réactions par jour). 

En conséquence, ils sont soumis à des dilatations soudaines importantes donc à un risque élevé de fuite, comme ce fut d’ailleurs le cas sur les échangeurs précédents. 

Des échangeurs plus fiables adaptés au fonctionnement cyclique
Nous avons fourni à notre client des  échangeurs tubulaires à tubes à épingles, fabriqués en France dans notre atelier d’ASET à Saint-Priest (Région Auvergne-Rhône-Alpes). 

En plus de présenter un encombrement réduit qui rend leur installation aisée dans un emplacement existant, ces appareils très robustes offrent une excellente résistance à la variabilité et aux chocs thermiques. 

Chaque épingle est à libre dilatation tandis que le faisceau est soudé à la calandre avec une totale absence de joints qui écarte tout risque de fuite et rend l’appareil extrêmement fiable dans le temps.

Performances thermiques égales, maintenance moindre
Installés il y a 1 an, les 4 échangeurs répondent au cahier des charges thermique et nécessitent un niveau de maintenance réduit au strict minimum, ce qui permet de limiter les temps d’arrêt des appareils à 12 ou 24h, en cas d’intervention éventuelle. 

Un véritable gain pour notre client dont les installations fonctionnent en continu et pour lequel chaque arrêt de production représente une perte financière très importante. 

Satisfait de la fiabilité de nos échangeurs tubulaires, notre client nous a fait confiance pour de nouveaux projets depuis.

 Un besoin de solution thermique pour une application en chimie ? CONTACTEZ-NOUS !

Télécharger